Art civique

Cliquez ici pour faire une visite virtuelle à la découverte de l’art public de Fredericton.

L’art civique est gratuit et accessible à tous. Il est important pour une ville parce qu’il s’incorpore s’imprègne naturellement et harmonieusement dans la vie quotidienne des citoyens et peut même contribuer à renforcer le sentiment d’attachement à la communauté. L’art civique de Fredericton célèbre notre patrimoine et enrichit nos espaces publics.

Certaines des œuvres les plus anciennes de la ville ont été offertes par des hommes politiques, comme la fontaine de l’hôtel de ville (1885) et la fontaine Temple (1899), cadeaux respectifs du maire George Fenety et du sénateur Thomas Temple. D’autres ont été données par des groupes, comme le monument commémoratif Robert Burns (1906), don des associations culturelles écossaises de la province, et la statue de Lord Beaverbrook (1957), cadeau de plus de 60 000 élèves du Nouveau-Brunswick qui ont amassé leurs sous.

D’autres œuvres ont été réalisées sur commande par des artistes de la région et du Nouveau-Brunswick, notamment Air Shapes (1964) à l’aéroport de Fredericton et Beavers (1959), de Claude Roussel, sur la place des Officiers; la Playhouse Fly Tower (1972) de Tom Forrestall; Executives Ascending (1989), à Barker House, de Craig Schneider; Fathers of Confederation (1967) de John Hooper, dans l’Édifice du Centenaire; The Art of Conversation (2004) de Peter Powning, à l’UNB; Pawakon/Spirit Guide (2002) de Ned Bear, sur le site commémoratif de St. Mary’s, et une murale acadienne (2004) de Marcel Boudreau, au Centre communautaire Sainte-Anne.