Fredericton / Nouvelles / Blogue police

La conduite avec facultés affaiblies… toujours un danger pour la sécurité routière

L’agent Steve Stafford de la Force policière de Fredericton explique qu’il existe encore beaucoup trop de cas de conduite en état d’ébriété malgré une baisse spectaculaire des taux de conduite avec facultés affaiblies.

D’après Statistique Canada, le taux de la conduite avec facultés affaiblies au Canada a chuté de deux tiers au cours des trente dernières années. Les statistiques révèlent que les taux de conduite avec facultés affaiblies au Nouveau-Brunswick sont comparables à la moyenne canadienne de 200 cas pour 100 000 habitants.

« Si je sortais un vendredi soir à 1 h du matin, il est à peu près certain que je rencontrerais un conducteur en état d’ébriété. C’est une réalité », affirme Steve Stafford.

Même de petites quantités d’alcool ou de drogue peuvent avoir une grande incidence sur vos capacités de conduire.

« Lorsque vos facultés sont affaiblies, votre temps de réaction est beaucoup plus long et votre jugement est beaucoup moins lucide, constate le policier. La probabilité que vous causiez un accident est nettement plus élevée », explique-t-il.

La légalisation récente de la marijuana au Canada présente par ailleurs une nouvelle menace pour la sécurité routière.

« En raison de la nouvelle tolérance des lois pour le cannabis, les chances sont plus grandes d’être confronté à des conducteurs aux facultés affaiblies par les drogues », explique Steve Stafford.

D’après le site Web du gouvernement du Canada, le cannabis à lui seul est susceptible d’avoir une incidence sur les capacités d’un conducteur, réduisant ses capacités motrices, rallongeant son temps de réaction et altérant sa mémoire à court terme et sa concentration. Cet affaiblissement entraîne chez le conducteur des variations de vitesse et un questionnement dangereux, réduisant également sa capacité à prendre des décisions rapidement ou à réagir correctement à l’imprévu.

Les nouvelles lois du Nouveau-Brunswick ont quant à elle des conséquences directes et importantes sur la conduite en état d’ébriété.

« Le gouvernement provincial vient d’établir un programme de mise en fourrière des véhicules pour les infractions relatives à une conduite avec facultés affaiblies », explique Steve Stafford. « Ainsi, si on vous arrête, ce n’est plus aussi simple que d’avoir à payer une amende, on peut vous retirer votre véhicule sur-le-champ. »

Le policier explique que conduire alors que vous testez au-delà de limite autorisée par la loi peut également entraîner une suspension de permis et l’enlèvement de votre véhicule.

« Zéro est le bon taux quand on conduit », conclut-il.

Selon l’agent Steve Stafford, il existe de nombreuses alternatives à la conduite avec facultés affaiblies. Entre autres, prendre un taxi, appeler un ami ou un proche ou rester dormir où on est.

« Si vous savez que vous allez boire, prévoyez vos déplacements en conséquence et, dans le cas contraire, si vous êtes sur place et que vous voyez que vous allez consommer de l’alcool, prenez une minute pour penser à ce que vous allez faire à la fin de la soirée », suggère-t-il.

« Le même schéma est-il valable pour le cannabis? », lui demande-t-on. « Absolument », appuie Steve Stafford.