Fredericton / Nouvelles / Hotel de ville

Emma Hassencahl-Perley, l’artiste sélectionnée pour la murale de la passerelle

Emma Hassencahl-Perley, artiste d’ici et enseignante au New Brunswick College of Craft and Design (NBCCD), a été sélectionnée par la Ville de Fredericton en vue créer une murale pour la passerelle du 104e Rrégiment de fantassins, située au bout de la rue Carleton, à Fredericton. L’artiste s'inspirera des motifs qui ornent les broderies perlées traditionnelles de la Nation Wabanaki (« Terre de l'aurore »).

La municipalité a récemment invité les artistes à présenter leurs idées pour une murale qui couvrira la base du deuxième palier de la passerelle, là où se trouvent les marches qui mènent au sentier riverain. Huit propositions d'artistes ou de groupes d'artistes ont été examinées par un comité de sélection, composé d'un membre du comité consultatif sur les arts et la culture de Fredericton et d'autres membres du milieu artistique local.

Emma Hassencahl-Perley, une Wolastoqiyik (Malécite) de la Première Nation Tobique, a obtenu un baccalauréat en beaux-arts (2017) de l'Université Mount Allison. Installée à Fredericton, cette artiste multidisciplinaire enseigne au NBCCD. En plus d’avoir participé à de nombreuses expositions et conférences d'artistes, Emma Hassencahl-Perley est, depuis peu, conservatrice à la Galerie d'art Beaverbrook.

Le concept d'Emma incorpore les dessins traditionnels aux couleurs vives des ouvrages perlés wabanakis sur les textiles. Inspiré par la Terre, le motif symétrique à double courbe imite la croissance de la végétation, la forme des canots d'écorce de bouleau et l'écoulement de l'eau sans oublier l'équilibre de la vie avec et dans le monde.

« Une fois regroupés, les motifs peuvent évoquer la famille, la communauté et les relations, explique Mme Hassencahl-Perley. Pour moi, c’est important d’avoir recours à ces ornements et de les réimaginer, parce qu'ils font partie de notre langage visuel et de notre identité. Ils symbolisent aussi nos liens avec la Terre, les animaux et l'eau et avec les autres humains. »

La base de béton octogonale se voit très bien, sous plusieurs angles, depuis le sentier et le fleuve et le long du boulevard Pointe-Sainte-Anne. La Ville a lancé ce projet de murale dans le cadre de son plan culturel qui vise à créer des possibilités pour les artistes d’ici et à intégrer l'art et la culture dans la vie quotidienne.

« Je suis très heureuse d’avoir cette possibilité, affirme Mme Hassencahl-Perley. Je suis une jeune artiste qui entretient des liens étroits avec ce paysage. Je pense donc que cette murale est une merveilleuse occasion de fusionner l'art contemporain, la culture visuelle wabanaki et la beauté du fleuve. »

La murale d'Emma Hassencahl-Perley devrait être terminée avant la fin de l'été, selon les conditions météo.