Fredericton / Nouvelles / La place des officiers

La place des Officiers au fil des siècles

Les gens de Fredericton se rassemblent place des Officiers depuis plus de deux siècles, mais l’endroit n’a pas toujours eu la même apparence. Au fil des années, cette place publique a connu beaucoup de changements.

Son histoire remonte à des siècles, à commencer par le peuple Wolastoqiyik qui s’y arrêtait au cours de leurs déplacements sur le Wolastoq et de leur établissement le long de ce cours d’eau qu’ils chérissent.

L’espace public le plus important de Fredericton est ensuite devenu un complexe militaire vers la fin du XVIIIe siècle. De 1786 à 1869, les soldats britanniques en poste à Fredericton l’ont utilisé comme lieu de parade et d’entraînement. L’immeuble de l’actuel Musée de la région de Fredericton a servi de quartiers aux officiers de la garnison britannique.

Malgré l’usage initial qu’il a eu pour les militaires, les civils l’utilisaient pour les divertissements et les loisirs. Des orchestres militaires y jouaient deux fois par semaine et attiraient de grandes foules.

Après le départ des troupes britanniques, le jeune gouvernement du Canada a assumé la propriété de la place publique qu’on appelait « place des Officiers ».

En 1881, la Ville de Fredericton a accepté de louer la place au ministère de la Milice canadienne (le propriétaire) pour un loyer annuel de 10 $ et a bientôt entrepris sa revitalisation. Elle a réparé et remplacé l’infrastructure qui se détériorait, notamment la clôture. Les travaux ont entraîné l’enlèvement du kiosque à musique et d’arbres. La force policière de Fredericton s’est alors installée au quartier des officiers pour assurer la sécurité de la place.

La communauté s’est beaucoup investie dans cette place publique après le départ des Britanniques. Les résidents l’ont utilisé pour diverses activités sportives telles que le cricket, le patinage et le curling. Un sport y est devenu particulièrement populaire : le tennis sur gazon. Quand les Forces armées canadiennes nouvellement créées ont pris possession des lieux, en 1883, les résidents de Fredericton ont déploré la perte de cet endroit et d’un sport qu’ils aimaient beaucoup. En fait, ce sport avait été tellement populaire qu’un des journaux locaux de l’époque a même suggéré d’ériger dans la place une pierre tombale consacrée à la mémoire du tennis sur gazon.

Il faut souligner que lorsque l’ancienne garnison britannique a accueilli la compagnie A, de la nouvelle École d’infanterie, Fredericton a pu se vanter d’être un des lieux de naissance de l’Armée canadienne en 1883-1884.

La place a continué à servir pour les loisirs au XXe siècle. Vers le milieu du siècle, une pataugeoire y a été installée; elle occupait l’espace situé près de l’endroit où se trouve aujourd’hui la statue de Lord Beaverbrook.

L’apparence de la clôture entourant la place des Officiers a changé plusieurs fois au cours de son existence. En 1791, elle consistait en une palissade en bois d’une hauteur de quatorze pieds pour donner un peu de vie privée aux troupes britanniques logées dans la place. Elle a été remplacée vers 1850 par une clôture en piquets de bois.

Le mur d’enceinte a commencé à prendre forme en 1901 par l’installation d’un chaperon en pierre de taille provenant d’une carrière de la rive Nord. Elle ne comprenait pas de clôture en fer.

D’abord installée autour de l’actuel Palais de justice, rue Queen, la clôture en fonte a fait son apparition à la place des Officiers après 1913. La clôture qui entoure la place a été réparée ou remplacée plusieurs fois au cours des années. Des sections ont été remplacées dans les années 1950 et 1970.

Au fil des années, de nombreux monuments ont été installés place des Officiers. La statue de Lord Beaverbrook y figure depuis 1957. Un monument commémoratif de Kennedy y a été installé en 1964, puis déménagé sur le campus de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Selon Parcs Canada, c’est en 1960 que la place des Officiers a été désignée lieu historique national en raison de l’importance de l’établissement militaire qui a contribué au caractère précoce et au développement du Nouveau-Brunswick. Quant à la désignation patrimoniale provinciale, elle est venue en 1965.

La désignation fédérale du quartier militaire en tant que lieu historique national du Canada comprend les éléments fondamentaux suivants qui définissent le caractère même de la place des Officiers en tant que composante du complexe militaire :

  • Son emplacement stratégique sur la rive Sud du fleuve Saint-Jean qui préserve l’accès riverain traditionnel;
  • Sa nature institutionnelle distinctive en contraste avec les immeubles commerciaux du côté opposé de la rue Queen, au sud du site;
  • Sa clôture d’enceinte en fonte;
  • Les bâtiments survivants du début du XIXe siècle illustrant la fonction historique du site;
  • Ses espaces ouverts comprenant des arbres et les commodités d’un parc;
  • L’intégrité des vestiges archéologiques pouvant y être découverts en leur emplacement et ampleur d’origine.

Sur le plan de la désignation de lieu historique provincial, on peut retenir les éléments patrimoniaux distinctifs suivants :

  • La pelouse bien tenue de la place et ses allées en béton;
  • Son emplacement en bordure du fleuve;
  • Son emplacement devant les anciens quartiers des officiers, qui y est relié;
  • La statue de Lord Beaverbrook, le monument en l’honneur du 104e régiment de fantassins du Nouveau-Brunswick et les canons qui occupent l’espace;
  • La clôture en fonte;
  • Son identité d’ancienne place militaire;
  • Son rôle traditionnel et durable de centre social au cœur du centre-ville.

Aucun effort de revitalisation de cette place publique ne peut se faire sans un permis spécial de bien patrimonial délivré par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. La municipalité travaille en collégialité avec des représentants de la Direction du patrimoine pendant tout le processus de conception. Le plan a fait l’objet de multiples examens et discussions sans jamais soulever la moindre objection. Pour s’assurer que le gouvernement provincial donne son approbation définitive au Plan de revitalisation, la municipalité a fait de l’obtention du permis une condition d’achat avant l’acquisition du site en août 2016. Le gouvernement provincial a fait savoir qu’il n’aurait à donner son approbation que lorsque les plans et spécifications seraient définitifs.

Place des Officiers, un lieu de rassemblement que chérissent les gens de Fredericton, a été adaptée à des usages qui ont évolué au fil des intérêts changeants de la population. Cette place publique continuera à remplir son rôle important de nous rappeler notre passé, mais aussi à nous permettre d’embrasser la culture et l’esprit de cette ville que nous considérons comme chez nous.