Fredericton / Nouvelles / Nouvelles police

Mars 2021, le mois national du travail social

Mars 2021, le mois national du travail social : Le travail social est essentiel.

Depuis près de 40 ans, la Force policière de Fredericton emploie des travailleurs sociaux qui assurent un soutien essentiel au maintien de l’ordre dans l’espace public. Or, depuis l’année dernière, elle peut compter sur quatre travailleurs sociaux à temps plein, intégrés à tous les aspects quotidiens du service. C’est ce qu’on appelle les services communautaires intégrés de la division des patrouilles. Quelle fierté pour la Force policière de Fredericton!

En fait, depuis 1983, le programme des services aux victimes de la Force policière de Fredericton offre un soutien émotionnel et une assistance aux victimes et aux témoins d’actes criminels ou d’autres événements traumatisants. Cette aide se concrétise par des interventions en cas de crise, du counseling à court terme, des mesures de préparation aux audiences devant un tribunal ou un aiguillage vers d’autres services. Actuellement, deux travailleurs sociaux à temps plein se consacrent à cette forme de soutien, et ce, de la première interaction avec la police jusqu’à la fin de la procédure judiciaire. Les dossiers deviennent de plus en plus complexes, et le soutien que Shelley et Sam, ainsi que leur équipe de bénévoles, apportent est inestimable. Saviez-vous qu’ils ont pris part à 20 % de tous les dossiers de la Force policière de Fredericton en 2020?

En collaboration avec toute l’équipe des services communautaires intégrés, la coordinatrice en santé mentale, Monique, travaille activement pour accompagner la santé mentale des usagers. Elle met en relation les personnes ayant été en contact avec la police à cause de crises de santé mentale avec des programmes de sensibilisation. Le but? Les aider à suivre des programmes ou des traitements adaptés. Le rôle essentiel qu’elle joue − réunir des experts pour fournir un soutien global aux personnes en crise – est tout simplement inestimable.

Julie, de son côté, est la coordinatrice des services à la jeunesse. Son travail consiste à assurer un lien entre les jeunes, les familles, les membres de la police et les autres organismes de proximité, en mettant l’accent sur la sécurité, la réduction de la criminalité et l’intervention. Elle offre un soutien et défend les intérêts des jeunes qui, pour diverses raisons, entrent en contact avec la police ou le système judiciaire. Julie joue un rôle important dans l’accès des jeunes aux programmes de déjudiciarisation tels que les mesures et les sanctions extrajudiciaires.