Fredericton / Nouvelles / Vues de la ville

Les plans d’énergie et d’émissions de la ville de Fredericton

La lutte contre les changements climatiques constitue l’une des priorités de la Ville de Fredericton depuis plus de 20 ans. Au cours de cette période, nous avons réduit de 33 % nos émissions de gaz à effet de serre (GES) par habitant grâce à de nombreuses initiatives comme la campagne Pensons vert et le plan municipal de transport actif, ainsi que l’utilisation par les résidents d’appareils et de véhicules plus écoénergétiques. C’est un bon début, mais ce n’est qu’un premier pas. C’est dans ce cadre que la Ville est fière de lancer son nouveau Plan communautaire d’énergie et d’émissions et son Plan municipal d’énergie et d’émissions.

Des objectifs cruciaux pour la population

Les scientifiques ont déterminé que si nous voulons réduire de manière substantielle les impacts des changements climatiques, les températures mondiales ne doivent pas augmenter de plus de 1,5 °C, ce qui signifie que nous devons diminuer radicalement les émissions de GES. Des municipalités du monde entier ont déclaré l’état d’urgence climatique et s’efforcent de réduire les émissions de GES par habitant d’au moins 80 % par rapport aux niveaux de 2000 d’ici 2050. Si notre administration municipale et les habitants ne font rien, nos émissions annuelles de GES pourraient atteindre 741 000 tonnes en 2050.

Nous avons déjà constaté les effets des changements climatiques, qui se manifestent notamment par une augmentation du nombre de vagues de chaleur et des phénomènes météorologiques extrêmes ainsi que par une modification du régime des précipitations. Si rien n’est fait, les changements climatiques augmenteront les probabilités d’incendies de forêt, d’inondations et de vents qui pourraient entraîner des interruptions dans les services publics, des dommages aux biens privés et publics, des mesures d’urgence et des évacuations, sans parler des effets dévastateurs sur l’agriculture et la faune.

Notre stratégie

Pour atteindre la cible de 80 %, il faudra des normes énergétiques plus strictes pour les bâtiments, poursuivre sans relâche l’écologisation du système énergétique du Nouveau-Brunswick et adopter rapidement des moyens de transport moins générateurs de GES. Nos plans d’énergie et d’émissions décrivent les mesures qui s’imposeront dans les années à venir. Ils sont également appelés à guider nos décisions futures.

Pour réduire considérablement les émissions de GES, il faudra un leadership fort et une action concertée de la part de la Ville, des paliers supérieurs du gouvernement provincial et du gouvernement fédéral, des entreprises et des organismes locaux, ainsi que des changements de mode de vie de la part de tous les résidents de Fredericton. Les stratégies et les actions des dix prochaines années devront s’accompagner d’un large éventail d’approches, notamment des campagnes d’éducation, un renforcement des réglementations et des normes au fil du temps, ainsi que d’un recours à des sources de financement nouvelles et existantes.

Des initiatives concrètes ont été définies pour la mise en œuvre de la première phase du Plan communautaire d’énergie et d’émissions et du Plan municipal d’énergie, à savoir la création d’une équipe environnementale au sein de l’organisation, la formation appropriée du personnel municipal, la collaboration avec des partenaires industriels et gouvernementaux pour encourager les propriétaires d’immeubles commerciaux à suivre leur consommation d’énergie, l’ouverture de discussions régionales, le recensement des obstacles prévisibles, des campagnes de sensibilisation et l’élaboration d’indicateurs de performance de l’action climatique qui seront intégrés au budget municipal annuel. Un plan de mise en œuvre global est prioritaire pour 2021.

Processus de consultation

Les plans ont été élaborés sur la base de consultations avec le personnel, d’un examen des meilleures pratiques d’autres municipalités et d’avis de divers experts. Les deux plans sont conçus de manière à ce qu’au fur et à mesure de leur mise en œuvre, ils puissent être adaptés pour faire face à des situations nouvelles et changeantes. Ils permettent également d’évaluer et d’améliorer les décisions prises, le cas échéant.

Investir dans notre avenir

Certaines de ces démarches impliquent des coûts initiaux, mais ce sont des investissements pour l’avenir. Sécurité publique Canada estime que chaque dollar investi dans la réduction des GES permettra d’économiser de 3 à 5 $ en coûts de rétablissement. Plus concrètement, le Plan municipal d’énergie et d’émissions permettra de réaliser des économies cumulatives de 67 millions de dollars sur les coûts énergétiques d’ici à 2050. Et selon une étude réalisée en Nouvelle-Écosse, chaque dollar économisé sur l’énergie dans l’espace public peut générer 2 à 5 dollars d’investissement économique local.

Les deux plans prévoient également que nos citoyens les plus vulnérables soient pris en compte dans ces démarches. Ils visent à trouver des moyens d’aider les citoyens et les organisations à réduire leur consommation d’énergie, ce qui leur permettra de diminuer leurs dépenses et de mieux vivre.

À court terme, ces actions contribueront à nous procurer un air plus pur et un cadre urbain plus agréable. À moyen et à long terme, ils réduiront le risque de catastrophes climatiques et les coûts de rétablissement associés. Mais il s’agit d’un sujet d’importance cruciale et le temps presse. C’est pour cela que la Ville de Fredericton agit maintenant.